Réunion Positive

L’environnement au coeur de la NRL

La Région Réunion travaille ces dernières années à doter la Réunion d’un nouveau modèle de développement qui permet de concilier économie et écologie. Un modèle où la prise en compte de la préservation de l’environnement est considérée non pas comme une contrainte mais comme une opportunité.
C’est dans cette démarche que la Région s’inscrit, avec le chantier de la Nouvelle Route du Littoral.


La prise en compte de l’environnement a été l’une des priorités de la Région dès l’origine du projet NRL. En ce qui concerne la préservation du patrimoine naturel, près de 150 mesures de suivi, de réduction et de compensation sont mises en oeuvre chaque jour. Signe de cet engagement, des moyens financiers exceptionnels, à hauteur de 5% du montant de l’opération, soit 80 Millions d’euros , sont consacrés au volet environnement du chantier de la Nouvelle Route du Littoral.

« À ARTELIA, nous sommes cinq personnes à intervenir sur les mesures environnementales de la NRL. Nous avons tous été formés, pour pouvoir évoluer en mer sur les missions qui nous ont été confiées. Pour ma part, j’ai obtenu mon diplôme de scaphandrier classe 1B et pour mes collègues ils ont suivi une formation de risque aquatique et du permis côtier. Notre mission consiste à procéder de façon périodique à un suivi de la qualité de l’eau aux abords du chantier, pour cela nous procédons au relevé de 30 points de contrôle. Par ailleurs, nous sommes sollicités sur des missions plus ponctuelles par le maître d’oeuvre du chantier sur des étapes nécessitant notre présence et notre suivi » explique Bertrand Denis Responsable Environnement NRL chez ARTELIA.


« Le projet sur lequel je travaille depuis 2017, porte autant sur des missions de terrain et relationnelles, que des missions administratives, ce que je maîtrisais déjà. Par ailleurs, ce poste a nécessité que je me forme sur le volet scientifique. D’une part, sur l’histoire des tortues marine à La Réunion et d’autre part sur celle du littoral et particulièrement sur la flore nécessaire à la réhabilitation des plages de pontes. Je travaille à temps plein sur cette mesure et deux de mes collègues à temps partiel. Cette expérience m’a permis de me former, mais aussi de me perfectionner au quotidien. »
LÉO PAIRAIN,
Chargé de mission
Réhabilitation des plages de pontes des Tortues Marines  

Jeudi 6 Juin 2019
La Réunion Positive
Lu 2 fois



Dans la même rubrique :
< >

Lundi 17 Juin 2019 - 11:11 Les Régionales du Numérique