7 Magazine Réunion, L’actualité people et lifestyle à l’île de la Réunion
Réunion Positive

La solidarité européenne est plus que jamais, une urgence collective !



Par La Réunion Positive - Publié le Samedi 9 Mai 2020 à 12:46 | Lu 5 fois

« La solidarité européenne est plus que jamais, en cette journée du 9 mai, une urgence collective ! »

  Le cœur du projet européen a toujours été une exigence de solidarité : solidarité entre l’Union européenne et ses Etats membres, solidarité entre l’Union européenne et ses régions, solidarités enfin avec ses citoyens. Ici, à la Réunion, comme ailleurs en Europe, cette politique de solidarité a fait la preuve de son succès. Il suffit de tourner notre regard vers les trente dernières années de notre histoire pour constater les effets bénéfiques de notre rattrapage économique et social, expression concrète d’une unité politique et d’une convergence de valeurs à l’échelle de tout un continent.

Cette solidarité est plus que jamais, en cette journée du 9 mai, notre urgence collective. L’Europe a traversé, ces dernières semaines , comme le reste du monde, une crise sanitaire profonde, une crise à bien des égards inédite et aux conséquences sociales et économiques d’une ampleur qu’il nous reste sans doute encore à mesurer.

Les Etats, les régions, les départements, les communes ont à l’évidence un rôle déterminant à jouer dans cette crise mais nous devons aussi nous appuyer sur l’Union européenne qui, là encore, offre un cadre d’action efficace pour une réponse qui ne peut évidemment qu’être globale et à grande échelle aussi bien pendant qu’après la crise.
C’est pourquoi notre appartenance à l’Union européenne reste un atout pour le présent, un atout pour faire face aux répercussions immédiates de cette crise, notamment économiques et sociales.

L’Union européenne a su, ici, se mobiliser sans délais : En permettant de dégager des moyens financiers inédits, en simplifiant de façon spectaculaire, et pour tout dire presque inespérée, ses prises de décision, en permettant aussi à nos collectivités de trouver des marges de manœuvre importantes au sein des programmes opérationnels. Ainsi, ce sont près de 20 millions d’euros de FEDER qui ont pu, dans des délais très courts, être fléchés et mobilisés pour soutenir les entreprises réunionnaises dans le cadre du Fonds de solidarité régionale ; c’est encore un soutien aux achat d’ équipements de nos hôpitaux pour accroitre leurs capacités de test ; ce sont enfin 10 millions d’euros de FSE qui viennent en appui à l’activité de nos soignants en finançant leurs équipements de protection . Et il est évident que ces moyens pourront encore être renforcés tant que la situation l’exigera.

Il faut bien le reconnaître, cette Europe qui surgit peu à peu de ce contexte de crise renoue, progressivement et sous bien des aspects, avec l’esprit des pères fondateurs.

Les premières lignes de la Déclaration Schuman dont nous célébrons aujourd’hui les 70 ans résonnent évidemment d’une façon toute particulière : « La paix mondiale ne saurait être sauvegardée sans des efforts créateurs à la mesure des dangers qui la menace. 
La contribution qu’une Europe organisée et vivante peut apporter (...) est indispensable ». Tout est là : une solidarité renforcée, le sens de l’action, une approche pragmatique, une Europe protectrice.
 
Pour aujourd’hui et pour demain, en sortie de crise, cette Europe des solutions concrètes doit être l’un des moteurs de l’action.
L’Union européenne devra, plus encore, s’affirmer comme une chance pour l’avenir. Ces mesures immédiates doivent évidemment être suivies de la mise en place d’un fonds de relance ambitieux, mis à dispositions notamment des régions où les perspectives de redressement sont compromises en raison de leurs handicaps géographiques. Dans ce cadre, le soutien à notre tourisme doit, ici, être une priorité dans la réponse à la crise, afin de permettre à ce secteur clé de notre économie de renouer avec une croissance qui ne laissera personne au bord du chemin.

Par ailleurs, le prochain budget pour la période 2021-2027 devra aussi être renforcé notamment en faveur des régions où la situation antérieure à la crise était déjà plus fragile. Car seul un ambitieux cadre financier pluriannuel permettra de relever le défi d’une reprise partagée et durable.

Ce nouveau budget devra être adopté dans les meilleurs délais pour consolider les politiques communes, notamment en matière de politique régionale, en matière agricole et de pêche qui constituent l’épine dorsale du soutien à notre économie, et pour développer des politiques nouvelles, prioritairement dans le domaine de l’énergie, du numérique, de l’économie circulaire et de la biodiversité.
Union européenne, Etats, Régions, voilà le triptyque sur lequel nous devrons nous appuyer dans les prochains mois pour assurer une relance de notre économie par le haut. Les moyens dont disposera l’île seront mis au service d’ une relance des activités et de la cohésion sociale.
 
L’Europe a, dès ses origines, construit son avenir sur un domaine vital : l’énergie. Cet élément fondamental devra demain retrouver toute sa place dans la construction européenne, notamment dans le cadre du Pacte vert pour l’Europe qui devra permettre à notre île de devenir un acteur de premier plan en matière de transition énergétique et écologique. Ce cap doit évidemment être maintenu. Le pacte vert pour l’Europe était hier une priorité, il est aujourd’hui une nécessité vitale mais qui doit clairement être mis au service de l’emploi, de la cohésion sociale tout en assurant une plus grande attractivité de notre territoire.

Lutter contre le réchauffement climatique, c’est d’abord l’opportunité de garantir notre autonomie énergétique ; favoriser l’économie circulaire, encourager l’éco-tourisme, l’efficacité énergétique, c’est aussi le moyen de combattre le chômage par la croissance verte, valoriser de nouvelles technologies, conquérir de nouveaux marchés dans le domaine des énergies renouvelables, développer les transport propres, et enfin améliorer la compétitivité des entreprises.

L’histoire de La Réunion est ponctuée de crises chaque fois surmontées pour aller plus loin. Notre île le démontrera une nouvelle fois pour peu que l’Union européenne, dans la fidélité à ses valeurs de solidarité et dans le respect de la diversité de ses territoires, s’engage une fois encore pleinement et totalement à nos côtés.

 
Didier ROBERT,
Président du Conseil Régional