7 Magazine Réunion, L’actualité people et lifestyle à l’île de la Réunion
7 Magazine Réun
Miss France

La première dauphine de Miss France 2018 atteinte par le Coronavirus témoigne et alerte


Le Coronavirus ne touche pas que les personnes âgées ou faibles... Pour preuve, Eva Colas qui fut élue Miss Corse 2017, puis première dauphine de Miss France 2018 est malade et témoigne sur son confinement.


Par Chloé Grondin - Publié le Lundi 30 Mars 2020 à 10:11

La première dauphine de Miss France 2018 atteinte par le Coronavirus témoigne et alerte
Arrêtez de prendre tout ça à la légère, pour le bien de tous, par solidarité et humanité

Elle a été élue première dauphine de la rousse Maëva Coucke en 2018... A 23 ans aujourd'hui, celle qui a représenté également la France au concours  Miss Univers 2018 est dans son lit. Atteinte par le Coronavirus, elle a publié une vidéo sur Instagram dans laquelle elle décrit ses symptômes et prodigue des conseils :  " J'ai 23 ans et j'ai eu de la fièvre, une grosse migraine et maintenant j'ai complètement perdu l'odorat et le goût, je ne sens plus du tout les aliments, je ne sais reconnaitre si c'est du salé ou du sucré... Et j'ai plusieurs personnes autour de moi qui sont dans la même situation, toute ma famille aussi. On a eu confirmation de médecins qu'il s'agissait de symptômes liés essentiellement au coronavirus. Pour le moment, on n'a pas de problèmes respiratoires donc tout va bien, on s'en sortira chanceux si ça continue comme ça. Donc s'il vous plaît arrêtez de déroger aux règles, de trouver des excuses pour sortir. Sortez une fois par semaine, si vraiment vous n'avez plus rien à manger. Arrêtez de prendre tout ça à la légère, pour le bien de tous, par solidarité et humanité ".


Contaminés en boîte de nuit?
La belle Corse a tenu également à témoigner dans Corse Matin, donnant des détails notamment sur le lieu probable de sa contamination: selon elle début mars une sortie en boite de nuit avec son petit-ami. Les deux jeunes ont contaminé toute la famille: aujourd'hui sa mère et ses beaux-père sont également malades ainsi que ses beau-parents. De nouveau, elle a précisé les symptômes:  " Tout d'abord, des maux de tête assez violents, des douleurs oculaires en continu pendant quatre jours, de la température et un peu de toux. Au bout de trois jours, j'ai perdu le goût et l'odorat, ce qui est assez perturbant. Le médecin nous a prescrit du paracétamol et des vitamines C. Notre état ne nécessitant pas d'hospitalisation, nous sommes donc restés chez mes parents, à Paris. Puis la fièvre est tombée. Aujourd'hui, je me porte bien. Dans l'ensemble, nous allons beaucoup mieux ".

Eva et son ami ont décidé alors que le confinement tombait sur Paris de partir à la campagne: "Nous avons décidé en effet de nous rendre à la campagne dans la maison des parents de mon ami, dans le Poitou-Charentes. C'est une demeure isolée avec un jardin, tout est très calme, nous pouvons évoluer à l'extérieur sans crainte car nous n'avons aucun voisin. Mes parents, en revanche, sont restés à Paris ".

Eva Colas martèle son message:  " Nous avons été en contact téléphonique avec des médecins et des infirmières qui nous ont alertés sur la gravité de la situation. Ils sont débordés, épuisés. Il est primordial de rester chez soi et de ne pas propager le virus. Je tenais vraiment à mettre l'accent sur le courage du corps médical qui se met en danger chaque jour. La cousine de mon ami, infirmière, n'ose plus rentrer chez elle à la fin de sa journée de travail, de crainte de contaminer ses parents. Elle en est réduite à dormir à l'hôpital. J'estime que le confinement n'est pas la mer à boire. Nos grands-parents ont vécu durant les guerres des moments épouvantables : la peur, la faim, les bombes, la séparation, la mort. Nous ne devons pas nous plaindre, rester chez soi devant la télé, s'occuper, ce n'est pas insurmontable et cela ne va pas durer indéfiniment. Ceci étant, je compatis pour les familles bloquées dans de petits appartements dans les grandes villes."





Les + plus lus de la semaine