7 Magazine Réunion, L’actualité people et lifestyle à l’île de la Réunion
Actualité

Brigitte Bardot condamnée pour injures


C'est en 2019, sur le site internet de sa Fondation que le sex symbol des années soixante a totalement dérapé une nouvelle fois. Brigitte Bardot s'est retrouvée devant le tribunal d'Arras, jugée pour des injures à l'encontre du président de la Fédération nationale des chasseurs.


Par 7mag.re - Publié le Lundi 5 Juillet 2021 à 10:05

Image par jacqueline macou de Pixabay
Image par jacqueline macou de Pixabay
" Sous-hommes aux trognes d’ivrognes " ou encore " terroristes du monde animal "
Brigitta Bardot a reconnu avoir tenu des propos  " un peu rudes " ... Dans un éditorial, parlant de Willy Schraen et des chasseurs, elle avait osé les comparaisons suivantes:  " sous-hommes aux trognes d’ivrognes " ou encore " terroristes du monde animal ". Pour ces insultes, l'actrice de 86 ans, qui a reconnu les faits, a été condamnée à une amende de 5000 euros pour injure. Elle devra également verser 1000 euros de dommages-intérêts au président des chasseurs et 1000 euros au titre des frais de justice.

Rappelons que l'actrice est coutumière du fait. Le procureur avait requis une amende de 6.000 euros, soulignant la « persistance dans l'action délinquante » de la prévenue. Brigitte Bardot a déjà écopé de cinq autres condamnations pour incitation à la haine raciale.

" Ile du diable" et " autochtones qui ont gardé leurs gênes de sauvages ".
Un procès l'attend d'ailleurs à La Réunion, repoussé encore une nouvelle fois au 7 octobre. procès Ses attaques avaient été particulièrement virulentes contre notre île évoquant: 
une " île du diable" et des habitants qualifiés "d'autochtones qui ont gardé leurs gênes de sauvages ".
Comme le souligne Zinfos974 citant une missive de l'actrice envoyée au Préfet de La Réunion  : " Vous autorisez les fêtes indiennes tamoules avec décapitations de chèvres et boucs en offrandes à leurs Dieux et dont les abats jetés à la mer attirent les requins… d’où les attaques. Tout ça a des réminiscences de cannibalisme des siècles passés et devraient être interdites ".