7 Magazine Réunion, L’actualité people et lifestyle à l’île de la Réunion
7 Magazine Réun
Actualité

Une escort transexuelle prend des positions obscènes et se vante d'avoir eu des relations sexuelles dans la mairie de Paris


Le 11 mars dernier, Icy Diamond, une escort transgenre et militante du Syndicat du travail sexuel (Strass), a créé la controverse en publiant des photos osées prises à la mairie de Paris sur les réseaux sociaux. Elle accuse la municipalité de réprimer les travailleuses du sexe et d'être responsable de cette situation.


Par JC Robert - Publié le Vendredi 17 Mars 2023 à 12:13

Elle prétend avoir réalisé une fellation à un client dans les toilettes de la mairie de Paris

Capture Twitter où le compte d'Icy Diamond a été banni
Capture Twitter où le compte d'Icy Diamond a été banni

❗️❗️C'est un peu le bor..l à la mairie de Paris
Une femme trans, prostituée, actrice de film X invitée pour la nuit des fiertés par #AnneHidalgo se vante d'avoir eu des relations sexuelles ds l'Hôtel de Ville
Et tranquille on la laisse poser dans ces positions 🙄 #MairiedeParis pic.twitter.com/9xCdhjnb7B
— Ch (@APchris06) March 14, 2023

Ces clichés ont été pris lors de la Nuit des Fiertés, un événement organisé par l'association Mag Jeunes LGBT. La mairie de Paris avait prêté ses salons pour l'occasion, sans pour autant être responsable de la liste des invités. Icy Diamond, vêtue d'une tenue provocante, a posé lascivement dans les escaliers de l'Hôtel de Ville. Sur Instagram, elle a légendé l'une de ses photos en accusant Anne Hidalgo, la maire de Paris, de proxénétisme.

La jeune femme de 22 ans, également actrice porno, prétend avoir réalisé une fellation à un client dans les toilettes de l'institution et assure avoir filmé la scène. Elle revendique son appartenance au Strass, un collectif français qui défend les droits des prostituées et des actrices pornographiques depuis 2009. Ce syndicat dénonce notamment la loi de 2016 pénalisant les clients des prostituées, ainsi que la discrimination et la marginalisation dont elles sont victimes.

Cependant, certains accusent le Strass d'être une organisation corporatiste défendant les intérêts des proxénètes plutôt que ceux des travailleuses du sexe. Suite à cette polémique, Anaïs de Lenclos, porte-parole du syndicat, a déclaré que l'organisation n'était pas au courant de l'action d'Icy Diamond et ne la soutenait pas.

La politique de la Ville de Paris en matière de prostitution est également critiquée. L'avocate Lorraine Questiaux, spécialiste des dossiers de justice liés à la prostitution et à la pornographie, évoque l'existence de deux clans parmi les élus de l'Hôtel de Ville : les abolitionnistes et les autres. Les arrêtés municipaux visant à compliquer la vie des travailleuses du sexe dans les bois de Boulogne et de Vincennes, ainsi que dans le quartier de Belleville, sont également pointés du doigt.

La Ville de Paris, qui regrette l'instrumentalisation de la Nuit des Fiertés à des fins polémiques, envisage de porter plainte. Les accusations de proxénétisme portées par Icy Diamond semblent toutefois infondées. Concernant la prétendue fellation, la mairie indique qu'aucun élément ne permet de confirmer les allégations de la jeune femme, mais qu'elle examinerait les suites judiciaires à donner si des preuves étaient apportées.




Les + plus lus de la semaine