7 Magazine Réunion, L’actualité people et lifestyle à l’île de la Réunion
Actualité

Une autre nouvelle pandémie mondiale?


Après le Covid, une autre pandémie mondiale pourrait-elle à nouveau venir menacer la santé de la population mondiale ? La très sérieuse Organisation Mondiale de la Santé, de concert avec l'Unicef, vient de faire une mise en garde sur la résurgence d'une maladie infantile potentiellement mortelle.


Par NP - Publié le Jeudi 28 Avril 2022 à 17:17

La rougeole, on a tendance à l'oublier, peut être une maladie mortelle. Très contagieuse, cette maladie qui provoque une éruption de boutons sur la peau, mais également une forte fièvre, de la toux, une rhinopharyngite ou encore une conjonctivite est potentiellement très dangereuse. Un vaccin existe, le ROR.

Malheureusement l'OMS indique que le nombre de cas à bondi de près de 80% en janvier et février 2022. L'OMS et l'Unicef indiquent que des millions d'enfants pourraient contracter la maladie cette année. Les populations les plus menacées sont en Afrique, ou en Méditerranée orientale où le taux de vaccination est trop faible ou inexistant. En effet, l'épidémie de Covid 19 a mis un frein brutal aux campagnes de vaccination dans ces pays, laissant le champ libre à l'expansion de la maladie. 
Les deux organismes de l'ONU précisent enfin, et ce n'est pas rassurant, que malheureusement cette reprise de l'épidémie de rougeole pourrait également annoncer l'émergence d'autres épidémies à propagation plus lente !

Santé Publique France rappelle de son côté qu'il n’existe pas de traitement spécifique du virus de la rougeole, et seule une couverture vaccinale très élevée pourrait permettre à la maladie de disparaitre définitivement. Selon l'organisme français de santé, en France, même si la couverture vaccinale vis-à-vis de la rougeole à l’âge de 2 ans progresse régulièrement, elle n’atteint pas actuellement les 95% nécessaires à son élimination. A échelle mondiale, la rougeole demeure l’un des grands fléaux infectieux. L’enjeu est donc de réussir à atteindre une couverture vaccinale suffisamment élevée, grâce au plan d’élimination mis en place par l’Organisation mondiale de la santé au niveau mondial.