7 Magazine Réunion, L’actualité people et lifestyle à l’île de la Réunion
Actualité

Pollution: un chameau succombe après avoir ingéré plus de 2 000 sacs en plastique


Afin d'alerter sur les dangers de la pollution plastique, un chercheur américain a décidé de publier son horrible découverte. Ayant réalisé l'autopsie d'un chameau, il a découvert dans l'estomac de l'animal pas moins de 2 000 sacs en plastique !


Par 7mag.re - Publié le Mardi 20 Avril 2021 à 17:21 | Lu 428 fois

Photo d'illustration : Image par Julian Salomon de Pixabay
Photo d'illustration : Image par Julian Salomon de Pixabay
C'est dans les dunes autour de Dubaï que le chercheur a découvert ce pauvre chameau. Marcus Eriksen, dans une tribune publiée dans le Washington Post, a voulu sensibiliser au danger des sacs plastiques qui envahissent le désert. Cofondateur d'un institut de lutte contre la pollution plastique, aussi bien dans les océans que sur terre, le chercheur a tenu à médiatiser sa macabre découverte.
Il révèle ainsi que l'amas contenu dans l'estomac de l'animal avait la taille d'une grosse valise. Il a dénombré plus de 2 000 sacs ingérés par le chameau et qui étaient là où l'estomac aurait du se trouver. 

Il détaille ainsi le drame qui est en train de nouer dans le désert: « Après deux décennies en mer, je croyais avoir tout vu . Mais avec les chameaux, on a atteint de nouveaux sommets dans l’horreur. Vous ne pouvez pas digérer les sacs plastiques, ils provoquent des ulcères, une très forte gêne et une sensation permanente de satiété ». Il précise ensuite que les sacs ont occasionné des saignements intestinaux, occlusions, une déshydratation et une malnutrition chez l'animal.

En février Marcus Eriksen alertait déjà dans le journal Arid Environments, pointant du doigt la mort de plus de 300 chameaux depuis 2008 autour de Dubaï après ingestion de détritus. Selon lui, ailleurs dans le monde les éléphants ou les rennes sont confrontés aux mêmes dangers que les chameaux. Il martelait : « Nous devons arrêter de parler de la pollution par le plastique comme si elle se cantonnait à nos océans et commencer à parler d’une pollution globale mettant des vies en danger partout ».