7 Magazine Réunion, L’actualité people et lifestyle à l’île de la Réunion
Actualité

Nassimah Dindar écrit à Manuel Valls


Nassimah Dindar, la présidente du Conseil Départemental, a adressé une longue lettre à Manuel Valls avant son arrivée dans l'île ce jeudi. Dans un communiqué, elle reprend les grandes lignes de sa demande d'une loi de programmation pour La Réunion.


- Publié le Mercredi 10 Juin 2015 à 22:05

Nassimah Dindar a adressé une lettre à Manuel Valls, à l’occasion de sa venue dans notre île. Dans ce courrier, la présidente du Conseil Départemental, rappelant la nécessité reconnue par le Président de la République lui-même d’un plan pour l’Egalité Réelle des Outre-Mer, demande que cette déclaration d’intention débouche sur un engagement véritable.

En conséquence, elle demande au Premier Ministre l’élaboration d’une loi de programmation pour la prochaine décennie. Ainsi elle attire l’attention de Manuel Valls sur quatre des priorités portées par le Conseil Départemental, à savoir l’éducation et la prévention, le logement, l’agriculture et l’insertion par l’activité. Sur chacun de ces thèmes, la présidente du Conseil Départemental formule des propositions concrètes et réalistes, afin, écrit-elle, «de relancer le «moteur Réunion».

Pour ce qui concerne l’éducation, la présidente demande à ce que les contrats de Ville intègrent une dimension prévention. Pour le logement, elle propose de conforter la construction de logements neufs, notamment pour faciliter l’accession à la propriété des ménages réunionnais et pour résorber l’habitat insalubre. S’agissant de l’agriculture, qui fait vivre près du 1/3 de la population active du secteur marchand, elle demande au Premier Ministre de rassurer l’ensemble des acteurs de la filière canne-sucre-rhum- énergie, et formule plusieurs propositions visant à «limiter les importations, créer de l'emploi local et permettre le développement harmonieux et durable des Hauts».

Sur la partie concernant l’insertion par l’activité, Nassimah Dindar souligne la nécessité de «redonner du sens à des parcours d’insertion». «Le Réunionnais n’est pas un assisté, il utilise les leviers de mode de vie que le législateur a choisis pour lui», insiste-t-elle. Rappelant que «notre priorité commune doit être l’emploi», elle propose la mise en œuvre rapide de 3 000 contrats aidés pour le secteur marchand avec la prise en charge à 100% du résiduel afin de faciliter leur utilisation par les entreprises.

Les atouts de La Réunion sont connus, indique encore la présidente du Conseil Départemental: «La jeunesse de sa population et les secteurs porteurs pour son développement: le tourisme, notamment l’agro tourisme et le tourisme des Hauts; les infrastructures portuaires et aéroportuaires; les richesses de l’océan en termes de pêche, d’énergie renouvelable ou de cosmétique».

Elle souligne que les collectivités réunionnaises ont bien conscience des difficultés financières que connaît notre pays, mettant d’ailleurs en exergue les efforts de mutualisation déjà réalisés. Mais «ces sources d’économie ne seront pas suffisantes pour répondre aux urgences sociales» et rappelle cependant qu’«il y a nécessité d’investir dans des programmes de développement à moyen et long terme».
«La Réunion ne pourra relever ces défis sans la solidarité nationale» dit Nassimah Dindar.