7 Magazine Réunion, L’actualité people et lifestyle à l’île de la Réunion
Portraits Créoles

Linda Blas, professeure des écoles spécialisée dans le handicap mental : " les enfants viennent maintenant à l'école avec le sourire... et un masque!"


C'est pendant le confinement que Linda Blas a décidé qu'elle viendrait témoigner. Cette jeune maman, professeure des écoles travaille avec des enfants porteurs de handicap. Ces confinements, le port du masque, elle en parle et surtout ose parler d'elle ! Un portrait Studio974.

Photos : YKS YAKUSA - Studio974


Par Chloé Grondin - Publié le Lundi 28 Juin 2021 à 14:38 | Lu 1723 fois

Créopolitaine, Linda Blas a vécu en métropole jusqu'à ses 17 ans, afin de revenir dans l'île de ses parents. Saint-Pierroise aujourd'hui, elle nous raconte son quotidien et son ressenti de la crise actuelle qu'elle a pu vivre au plus près des enfants.

Ses yeux légèrement bridés, Linda est catégorique, ce sont ses origines chinoises... La ravissante brune, jeune maman, est professeure des écoles spécialisée dans le handicap mental. Cette année, elle a en charge des petits de CE1 qu'elle qualifie " d'adorables petits bouts ". Son métier est sa passion, stressant parfois...
Son exutoire à la pression? Le sport. Linda est une sportive depuis toujours, ayant à la base fait des études de sport. Elle témoigne: " je suis passionnée par le sport en général. J'ai joué longtemps au volley en régionale 1 au VBSP à Saint Pierre. J'y ai d'excellents souvenirs et je les suis toujours d'ailleurs quand je peux.  J'ai joué aussi au Tampon et aux Aigles Blancs à Saint Paul.  Je fais aussi beaucoup de salle et j'ai repris depuis peu la danse tahitienne. Le sport pour moi est un moyen de canaliser mon tempérament de feu ".

" La période de confinement pour moi a été dure "
La professeure se fait plus sérieuse en abordant sa vision des derniers mois. Elle tient à dire les choses: " La période de confinement pour moi a été dure, j'étais maman, prof et interim de direction. J'ai donc décidé, après cette période, de me lancer de nouveaux défis. La photo en était un ". En fait elle avait déjà eu plusieurs propositions mais avait toujours refusé par timidité et par peur des critiques. 



" Avec ce virus qui nous tombe dessus, il vaut mieux n'avoir aucun regret! "
Le confinement lui a fait voir les choses de façon différente. Linda tient à s'expliquer : " Aujourd'hui, je me suis lancée car je voulais que l'on voit une autre facette de moi. Les gens me voient comme une personne forte qui n'a peur de rien. En réalité j'ai peur de plein de choses mais je suis douée pour cacher cela derrière un sourire. 
Durant cette période de confinement on a souvent oublié les enfants. Cette période, ce qu'on vit en ce moment est un réel bouleversement pour eux. Pourtant, tous les jours, ils viennent à l'école avec le sourire....et un masque maintenant!
Depuis que je suis enseignante, je ne cesse de leur dire d'oser : oser parler devant tout le monde, oser se tromper, oser chanter... Je me suis dit qu'il était temps pour moi d'oser et de montrer l'exemple. C'est pour cela que je m'expose aujourd'hui. 
Je suis le genre de personne à rester en retrait et observer beaucoup quand je ne connais pas. Je mets du temps à aller vers les gens. Certaines personnes prennent cela pour de la prétention. Mais c'est juste de la peur. Quand je m'ouvre aux gens, j'ouvre mon coeur et j'ai peur de souffrir car quand j'aime je donne sans compter. C'est une forme de carapace que je me suis forgée avec le temps
 ".


Ces photos, cet article sont donc un moyen pour elle de se montrer telle qu'elle est, et de pousser les gens à oser. Elle conclut : " On a rien sans rien, surtout avec ce virus qui nous tombe dessus. Il vaut mieux n'avoir aucun regret! "