7 Magazine Réunion, L’actualité people et lifestyle à l’île de la Réunion
Soirées VIP

Les 40 ans des Salaisons Mak Yuen


Environ 400 invités pour fêter les 40 ans des Salaisons Mak Yuen au Tampon. Une soirée festive placée sous le signe de la convivialité et du souvenir sur écran géant, pour retracer la belle aventure de cette entreprise familiale qui a su se faire une place au soleil. Avec ses saucisses, jambons, gratons, sandwiches et autres sarcives, la réputation de la marque n'est plus à démontrer.


- Publié le Jeudi 20 Novembre 2014 à 16:50


Daniel Thiaw-Wing-Kaï, son épouse Nathalie et Alex How Chong
Daniel Thiaw-Wing-Kaï, son épouse Nathalie et Alex How Chong
Les Salaisons Mak Yuen représentent aujourd'hui 40% de part de marché dans l'industrie de la charcuterie réunionnaise et de la viande de poulet. L'histoire a démarré à la fin des années 50, dans l'arrière-boutique de l'Entre-Deux et à l'épicerie de Trois-Mares au Tampon, actuel fief de la «maison». 
Sur écran géant, les images ont défilé, en noir et blanc, avec quelques notes d'humour qui ont fait bien rire l'assistance. Avec persévérance et motivation, Emmanuel Mak-Yuen et son épouse Dorothy ont ainsi consacré toute leur énergie et une bonne partie de leur existence à leur travail. 
A l'époque le matériel moderne de traitement de la viande de porc n'existait pas, il fallait tout faire à la main. Leurs outils: des couteaux, des hachoirs, des «billots à la chinoise», bref «à la mode lontan», pour reprendre les termes d'un des invités. «Le hachoir à saucisses fabriqué par le grand-père André avec un moteur de boîte de vitesse de voiture», l'anecdote est par exemple révélée dans le dossier de presse.
 

« N'oubliez jamais comment tout a commencé!»

Discours de Nathalie Vi-Tong, entourée de ses proches et du personnel des Salaisons Mak-Yuen
Discours de Nathalie Vi-Tong, entourée de ses proches et du personnel des Salaisons Mak-Yuen
Ensuite un stage à Paris, et un nouveau virage, qui passe par une série de réglementations, et tout l'équipement high-tech qui va avec. Au total, ce sont 40 millions de francs d'investissement dans une usine agréée de 4 200 m2. En 2014, 700 000 Euros ont été consacrés dans une «ligne de tranchage, un nouveau système de froid...».
Une quarantaine d'emplois sont créés au sein de cette structure qui fait la fierté de la famille Mak-Yuen qui a su marier techniques modernes et «savoir-faire valorisé par des recettes familiales et traditionnelles».  La production s'est enrichie de nouveaux produits à base de poulets, pour le grand plaisir de la clientèle locale. Une unité de production a vu le jour à Saint-Pierre, elle prépare des sandwiches, des plats cuisinés, des bouchons, des plats surgelés... 
Nathalie Vi-Tong-Mak Yuen qui a pris la direction de l'entreprise a remercié et félicité toux ceux qui ont contribué à la réussite exemplaire de toute une équipe: «Notre engagement citoyen s'illustre aussi  envers la jeunesse réunionnaise. Sur un territoire où chercher du travail est un vrai parcours de combattant, nous avons choisi de former et d'embaucher des jeunes de l'île avec le concours du Lycée Agricole de Saint-Joseph...». 
Pour clôturer son discours, elle a cité Ernest Renan: «Les vrais hommes de progrès sont ceux qui ont pour point de départ un respect profond du passé... N'oubliez jamais comment tout a commencé»…

Roland Chane

Emmanuel Mak-Yuen et son épouse Dorothy
Emmanuel Mak-Yuen et son épouse Dorothy

Emmanuel Mak-Yuen, fondateur de l'établissement qui porte son nom
Emmanuel Mak-Yuen, fondateur de l'établissement qui porte son nom

François Paoli, ingénieur et concepteur de l'usine Mak Yuen
François Paoli, ingénieur et concepteur de l'usine Mak Yuen

Géraldine Bellevenue, esthéticienne, Roger Hyesse, retraité, Joseph Chong Fah Sheng, Nathalie Vi-Tong, et Nathalie Bassire, conseillère générale
Géraldine Bellevenue, esthéticienne, Roger Hyesse, retraité, Joseph Chong Fah Sheng, Nathalie Vi-Tong, et Nathalie Bassire, conseillère générale

Henri-Claude Robert, directeur de la Croix-Rouge et son épouse, Augustine Romano, adjointe au maire du Tampon
Henri-Claude Robert, directeur de la Croix-Rouge et son épouse, Augustine Romano, adjointe au maire du Tampon

Joseph Thia Tiong Fat, de Cilaos, a été le premier client-revendeur des Mak Yuen
Joseph Thia Tiong Fat, de Cilaos, a été le premier client-revendeur des Mak Yuen

Karen Mak Yuen, sa sœur Nathalie Vi-Tong-Mak Yuen
Karen Mak Yuen, sa sœur Nathalie Vi-Tong-Mak Yuen