7 Magazine Réunion, L’actualité people et lifestyle à l’île de la Réunion
Actualité

Jeux des Iles
Le grand bordel


Une vraie mascarade que ces Jeux des Iles 2015, devenus les jeux de la discorde. Rien ne va plus, ça va dans tous les sens, et on se demande à quoi ça sert de continuer…


- Publié le Mercredi 5 Août 2015 à 01:40

Vainqueurs au javelot et comme un seul homme, les lanceurs Mahorais ont levé le poing de la contestation. Une image qui nous ramène aux Jeux Olympiques de Mexico
Vainqueurs au javelot et comme un seul homme, les lanceurs Mahorais ont levé le poing de la contestation. Une image qui nous ramène aux Jeux Olympiques de Mexico
On en est à la 9ème édition, et on peut se demander aujourd’hui s’il y aura une 10ème édition. Les problèmes s’accumulent de jour en jour, le sport est hélas mis en arrière-plan, la politique et les soucis d’organisation ayant pris le dessus.
 
La cérémonie d’ouverture promettait d’être belle, festive et fraternelle. Hélas, mille fois hélas, la rentrée aux vestiaires de la délégation comorienne après le défilé des Mahorais derrière le drapeau tricolore, a jeté un premier froid sur les Jeux des Iles. Si vous ajoutez à cela une cérémonie de moyenne facture (trop de temps morts, pas d’enchaînement, spectacle mi-figue mi-raisin,…), et même si Ti Bayoun la mascotte a tenté de chauffer le public, il n’y a pas eu cette ferveur populaire à laquelle on aurait pu s’attendre.

Retrait des Comores, Village des Jeux inadapté, intendance mal assurée, dysfonctionnement dans le transport des athlètes, menaces de boycott si la Marseillaise est chantée pour un médaillé d’or Mahorais, suppression des levées de drapeaux et des hymnes nationaux, drapeaux arrachés des mains de certains athlètes, montée au créneau de la présidente du Conseil Départemental, réclamations contre la participation de la volleyeuse Myriam Kloster, stades vides… quoi encore pour les jours à venir? Peut-être des bagarres entre sportifs de pays différents? Ou le forfait de plusieurs athlètes?...
 
Concernant Mayotte, la charte des Jeux n’a pas été respectée certes, mais fallait-il pour autant en faire une affaire d’Etat? Les Comores revendiquent l’île Mayotte comme étant comorienne, mais les Mahorais ont bien voté en toute transparence et décidé de rester un territoire français. Et Mayotte est bien département français non? La charte n’a pas suivi, d’où ce dommage collatéral qui a brisé les rêves des sportifs comoriens.
 
Et la France est devenue ce “pays colonialiste” qui veut imposer sa loi. En revanche, l’argent de la France n’a rien de colonialiste quand il s’agit de le recevoir… Certes, l’argent n’achète pas tout, et surtout pas la fierté et l’honneur, mais a-t-on pensé à tous les sacrifices faits par les sportifs pour se préparer pour ces Jeux et ainsi obligés de renoncer à leur idéal de vie?  
 
Où est la fraternité dans les Jeux des Iles? Où est la tolérance? Où est le sport? Les jolis mots des discours officiels ont volé en éclat et les sportifs sont les premières victimes de ces turpitudes politiciennes.
 
Un sportif qui gagne une médaille d’or a envie de voir le drapeau de son pays s’élever vers le ciel avec l’hymne national qui résonne. Et ce sportif peut verser ses larmes de joie… Voir se lever le drapeau des Jeux avec l’hymne des Jeux n’a rien d’émouvant et d’inoubliable pour un sportif qui se bat avec ses tripes. Tout ça pour ne pas froisser les uns et les autres! 
 
Nassimah Dindar a raison quand elle dit: «Au nom de quoi peut-on demander à des sportifs français, mauriciens, maldiviens, malgaches, seychellois, ou, s’ils étaient présents, comoriens, de camoufler leurs symboles nationaux alors même qu’ils en sont les porte-drapeaux et qu’ils font la fierté de leurs concitoyens?»

Dans ces Jeux des Iles 2015, il n’y a plus ni communion, ni enthousiasme, ni adhésion populaire. Il reste quelques jours de compétition, il faudra bien les vivre, à défaut de pouvoir tout arrêter. Les amateurs de sport animé de l’esprit olympique sont déçus, et on les comprend. L'essence même de ces Jeux a disparu.

Les Jeux des Iles coûtent cher, ils permettent aux sportifs de la région de se confronter, mais qu’apportent-ils vraiment? Les sportifs des différentes îles apprennent et progressent beaucoup plus en allant se confronter à des sportifs africains, européens, américains, l’argent serait alors mieux dépensé.

Puisque dans ces Jeux des Iles il y aura toujours ce problème Comores/Mayotte -qui perdure depuis des lustres- il serait inutile d’insister. Fermons le ban et arrêtons les frais. Soyons réalistes et anticipons, la 10ème édition des Jeux des Iles n’a aucune raison d’être, d’autant plus qu’elle doit se dérouler aux Comores! Mayotte la française n’y sera pas la bienvenue… Qui osera prendre la parole pour dire: assez!
Aziz Patel
Photos Roland Chane

 

Dans les mains de Catherine Paoli du COJI, le drapeau malgache repris des mains de l'athlète sur le podium, prend la direction des vestiaires….
Dans les mains de Catherine Paoli du COJI, le drapeau malgache repris des mains de l'athlète sur le podium, prend la direction des vestiaires….

Le drapeau revient ensuite, ramené par Claude Regnault, de la Fédération Française d'Athlétisme, après la cérémonie protocolaire
Le drapeau revient ensuite, ramené par Claude Regnault, de la Fédération Française d'Athlétisme, après la cérémonie protocolaire

Après l'hymne des Jeux, Ali Soult et ses camarades ont chanté la Marseillaise avec le public dans les gradins. Un moment symbolique qui va certainement laisser des traces !
Après l'hymne des Jeux, Ali Soult et ses camarades ont chanté la Marseillaise avec le public dans les gradins. Un moment symbolique qui va certainement laisser des traces !