7 Magazine Réunion, L’actualité people et lifestyle à l’île de la Réunion
Beauté

J’ai dilapidé mon héritage en 6 ans…


L’histoire de Nadia* pourrait être triste, mais c’est avec beaucoup de philosophie que celle-ci s’est confiée à 7 Magazine pour raconter cet héritage trop vite arrivé. Une femme, bientôt quadragénaire qui raconte avec finalement beaucoup d’autodérision, assumant ses erreurs…


Par A P - Publié le Mardi 20 Avril 2010 à 23:08 | Lu 3931 fois

Je me suis retrouvée orpheline à 20 ans

J’ai dilapidé mon héritage en 6 ans…
«Je viens d’un milieu très simple paysan de l’Est. Mes parents étaient agriculteurs et moi fille unique. J’ai été leur fierté , ai eu mon bac. Petite je n’ai jamais manqué de rien. J’ai toujours eu quelque chose dans mon assiette, des vêtements corrects et mes parents m’ont envoyée dans une école privée catholique. Il me disaient faire des sacrifices pour moi. Jamais je ne me suis posée de questions sur leurs biens. Papa est décédé à 48 ans d’une crise cardiaque et maman 6 mois plus tard à 43 ans d’une rupture d’anévrisme. Ca a été dur, brutale, terrible. Je me suis retrouvée orpheline à 20 ans, j’étais juste fiancée. Les parents avaient leur petite case de Saint André et c’est tout… Du moins c’est ce que je croyais… Mes tantes m’ont beaucoup aidée pour organiser l’enterrement de maman. Je me souviens m’être alors beaucoup inquiétée pour savoir comment j’allais faire face aux frais d’obsèques. Mon fiancé me disait que l’on trouverait de l’argent, que l’on emprunterait. Mes tantes, me rassuraient, elles savaient…

J’étais l’unique héritière

J’ai dilapidé mon héritage en 6 ans…
Fatalement nous avons du aller chez le notaire pour régler la succession. J’étais l’unique héritière, j’étais pressée d’en finir, de laisser reposer mes parents en paix… Je me souviendrai toute ma vie de ce jour là. Mon fiancé et moi étions mal à l’aise, assis dans le grand bureau, de la non moins impressionnante étude, de ce notaire. Il parlait, avec des termes compliqués et finalement a procédé à l’ouverture du testament… C’était une lettre écrite par papa, où il me mettait bénéficiaire de son assurance vie et de terrains…Le notaire, très calmement, m’a dit que le tout s ‘élevait à 2 millions de francs** (c’était en francs à l’époque…). J’étais sonnée… Si jeune, si riche, et de façon si inattendue. Mes parents étaient assis sur un tas d’or et je ne le savais pas…

L’argent nous brûlait les doigts

J’ai du mettre une semaine à réaliser que j’étais riche. Très vite nous nous sommes mariés, il y avait plus de 500 personnes au mariage, un mariage magnifique qui déjà nous a coûté très cher. Les parents de mon mari, des agriculteurs eux aussi, nous disaient bien de ne pas dépenser tout ainsi, d’être prudents. Nous ne les écoutions pas… Nous nous sommes achetés ensuite une très belle voiture… Puis nous avons fait construire une énorme maison avec une piscine. A l’époque très peu de gens en avaient à La Réunion. Nous sommes aussi partis en voyage à l’Ile Maurice, à Paris…L’argent nous brûlait les doigts. Mes parents avaient des terrains que nous avons revendus pour une bouchée de pain, une autre grave erreur. Aujourd’hui de toutes petites parcelles se revendent à cet endroit une fortune! Notre banquier nous a averti de placer notre argent , de faire attention. Nous équipions notre maison dernier cri, achetions du matériel hi fi. J’allais dans les belles boutiques de Saint Denis m’offrir des robes, des bijoux. A la fin je ne me faisais même plus plaisir…

Cet argent est arrivé trop vite

Car bien sur il y a une fin… Au bout de 6 ans nous avions tout dilapidé. En plus nous avons prêté de l’argent à un ami, pour monter sa boite, qui a fait faillite. Heureusement mon mari est toujours resté employé dans son entreprise d’électricité… A un moment il a pensé arrêter, ce serait une catastrophe aujourd’hui. Maintenant avec nos trois enfants nous vivons correctement, nous avons du revendre notre grande maison et nos belles voitures. Nous ne devons de l’argent à personne, mais nous faisons très attention en fin de mois. Parfois je me demande ce que serait notre vie si nous avions su placer notre argent et ne pas dilapider l’héritage de mes parents. Cet argent est arrivé trop vite, nous étions trop jeunes. Nous n’étions pas prêts! Ces années d’insouciance ont été très agréables mais en fait ne nous correspondaient pas. Nous avons été élevés avec des valeurs de travail, de respect de l’argent et pas d’argent facile. C’est de ma faute, j’ai tout oublié après leur décès… Je n’ai pas vu que mes parents me livraient le fruit de leur travail. C’était trop gros…

Notre couple a tenu…Notre descente sur terre s’est faite peu à peu, et franchement, nous ne sommes pas malheureux aujourd’hui. Quand je vois des publicités pour des séjours à l’Ile Maurice, je me souviens des bons moments que nous eus, mais ce n’est plus pour nous. Cela aurait pu finir beaucoup plus mal, nous aurions pu avoir des dettes.. Mes beaux-parents ont un regard très critique sur notre désinvolture passée. Nous aurions du monter une entreprise pour mon mari, ne pas vendre nos terrains. Oui, nous avons accumulé les erreurs, mais il n’y avait personne pour nous guider , où qui a su s’imposer pour que nous l’écoutions. Mon fils et ma fille n’auront pas de gros héritage, ça s’est sur, mais je ne les élève pas à la dur, avec la culpabilité de dépenser de l’argent. J’aime faire plaisir aux enfants quand nous le pouvons… Je suis une ex riche mais qui s’en remet…».

**300 000 euros