7 Magazine Réunion, L’actualité people et lifestyle à l’île de la Réunion
Actualité

Interdiction des lâchers de lanterne volante : le Préfet s'interroge


Un projet d’arrêté visant à interdire de façon permanente les lâchers de ballons à usage récréatif, commémoratif ou de loisirs et les lâchers de lanternes volantes est actuellement soumis jusqu’au 15 novembre inclus, à la consultation du public via le site internet des services de l’État à La Réunion.


Par NP - Publié le Mercredi 6 Novembre 2019 à 10:35 | Lu 249 fois

Associées à la plupart des fêtes publiques ou privées et notamment pour les fêtes de fin d’année, les lanternes volantes sont de plus en plus utilisées à La Réunion. De même, les ballons de baudruche sont fortement utilisés pour les fêtes d’anniversaire ou certaines commémorations publiques et privées.

L’utilisation de ces objets volants présente des risques avérés de toutes natures
Or, l’utilisation de ces objets volants présente des risques avérés de toutes natures. Dans le domaine de l’aviation, ils peuvent gêner la visibilité des pilotes, être aspirés par les réacteurs d’un avion ou retomber sur les pistes. Dans le domaine environnemental, les lanternes peuvent provoquer des feux de végétation ou des incendies sur des bâtiments. Les ballons de baudruche, quant à eux, deviennent des déchets dangereux pour un certain nombre d’espèces animales, notamment marines.

Pour ces raisons, le préfet de La Réunion envisage d’interdire tout lâcher de lanterne volante (dite également lanterne céleste ou lanterne thaïlandaise) constituant un dispositif de type ballon à air chaud fonctionnant sur le principe de l’aérostat, non dirigé et comprenant une source de chaleur active, et tout lâcher de ballon à usage récréatif, commémoratif ou de loisirs sur l’ensemble de La Réunion. Toute demande de dérogation sera à adresser à l’adresse suivante : courrier@reunion.pref.gouv.fr

Le préfet de La Réunion souhaite recueillir l’avis des Réunionnais sur ce projet d’arrêté et lance une consultation du public du 5 au 15 novembre 2019 inclus, informe la préfecture dans un communiqué.

Ainsi, les Réunionnais sont invités à participer à cette consultation en envoyant leurs contributions à l’adresse électronique : upema.seb.deal-reunion@developpement-durable.gouv.fr