7 Magazine Réunion, L’actualité people et lifestyle à l’île de la Réunion
Portraits Créoles

D-Lisha, la Djette qui a laissé tomber le justaucorps pour le micro


Née dans le Val de Marne à Alfortville, d’une mère réunionnaise et d’un père guadeloupéen, D-Lisha est une femme de passion. La musique est sa vie, un don sans aucun doute hérité de son père guitariste. Rencontre avec une voix en or qui met le feu dans les soirées réunionnaises...


Par Chloé Grondin - Publié le Mercredi 5 Août 2020 à 07:45 | Lu 3516 fois



D-Lisha, c'est son nom de scène, vit à la Réunion depuis l’âge de 13 ans. La musique a toujours fait partie de sa vie.
Ancienne gymnaste (ndlr: elle faisait de la gymnastique rythmique et sportive), elle a laissé tomber les justaucorps pour le micro. Ses débuts, la ravissante brune les a faits en participant à plusieurs concours tels que des radios crochets ou Tunstar saison 2. Le chant c'est sa vie...

Avec flamme, la Djette évoque son métier : " L’activité de DJ m’a toujours attirée depuis l’âge de 10 ans, Cependant l’image d’une fille derrière les platines n’était pas au goût de mes parents, j’ai donc changé d’orientation, d’où ma passion pour le chant ".

La suite est faite de rencontres et de passion toujours. Elle pousuit : " En 2016, je m’entoure de personnes passionnées pour sortir mon 1er single « Dancing like », s’en est suivi 2 autres « Sexy night » et « Free lady ». En parallèle, je me suis perfectionnée dans le deejaying jusqu’à ce que j’intègre régulièrement une boîte de nuit du nord de la Réunion ".

Perfectionniste, elle travaille beaucoup pour s'améiorer sans cesse derrière ses platines. Des projets en tête, elle en a. Elle confesse: "  je voudrais travailler de nouvelles chansons, monter une chaîne YouTube où je dévoilerais mes expériences, où il y aurait des rencontres et des interviews et toujours évidemment mes soirées en discothèque où j’inviterais les lecteurs à venir nombreux faire la fête avec moi! "...

Aujourd'hui elle avoue être heureuse de vivre son rêve de petite fille et de permettre à bon nombre de personnes de s’amuser et danser le temps d’une soirée. Et elle a raison...