7 Magazine Réunion, L’actualité people et lifestyle à l’île de la Réunion
Portraits Créoles

Angélique Box : victime de violences conjugales, elle témoigne


Il a fallu un déclic après des violences inimaginables pour qu'Angélique arrive à quitter son bourreau. Son conjoint a fait vivre à cette jeune maman un véritable enfer. Elle a réussi à s'en sortir et aujourd'hui veut dénoncer les violences conjugales qu'elle a subi. Parler pour aider toutes les victimes à fuir !

Photos: YKS YAKUSA - Studio974


Par Chloé Grondin - Publié le Mardi 2 Août 2022 à 14:31

Derrière ce grand sourire se cache une histoire très lourde qu'Angélique Box, 26 ans, a choisi de raconter. Un témoignage glaçant sur une histoire de couple qui a tourné au drame et s'est finie dans les coups. 

Pour ses deux filles, Angélique décrocherait la lune. Cette femme, qui revit maintenant, revient de très loin. Elle a choisi de nous livrer sa descente aux enfers mais également un message d'espoir. 

Directement Angélique campe le décor : " J’ai été en couple avec un pervers narcissique, manipulateur et violent pendant 7 ans ". Encore au lycée au début de leur histoire, elle se souvient : " J’ai du arrêter mes études car monsieur  ne trouvait jamais la motivation, le courage ou même l’envie de me conduire au lycée ".

L'implacable processus d'emprise va alors se mettre en place autour de cette jeune femme. Peu à peu son compagnon va l'éloigner de sa famille, de ses amies afin de l'avoir totalement à lui. Elle analyse : "  il n'était pas pour mon bonheur et voulait m’utiliser à sa guise. "

Les premiers coups
Les premiers coups ne vont pas tarder à arriver, inéluctablement. La raison de ce déchainement de violence conjugale? Angélique poursuit son récit : " Les disputes étaient nombreuses au sujet de ma famille. Il me disait que c’était de ma faute car je le poussais à bout et que je lui répondais ".

Un déchainement de violence
Malheureusement et comme bien souvent, les choses vont aller de mal en pis. La jeune maman tient à citer trois épisodes de violence qui l'ont particulièrement traumatisée. Alors qu'elle est enceinte son compagnon va la pousser dans la baignoire et elle va perdre son bébé. Loin de s'arrêter, les coups et la violence autant physique que verbale vont continuer.

Puis cela va être un coup de couteau lors d'une énième dispute. Pour se dédouaner, le conjoint violent dira " qu'il ne l'a pas fait exprès ! "

Le dernier épisode reste particulièrement traumatisant encore pour Angélique. D'une traite, elle raconte: " J’étais enceinte de ma deuxième fille. Il était en colère parce que j’avais élevé la voix. Je m'étais permis de lui faire remarquer qu'il devait surveiller notre fille aînée qui n'avait alors 4 ans. Nous étions près d'une route dangereuse, et il était censé s'en occuper ". Arrivés à leur domicile les choses vont s'envenimer. Elle poursuit : " A la maison, il a commencé à m’étrangler ".  La scène va se passer devant leur petite fille. Le conjoint violent va ensuite enfermer dans la chambre la mère et l'enfant. 

Cette scène sera la goutte d'eau qui va faire déborder le vase. Angélique revoit les images comme si c'était hier, et se sont les paroles d'une petite fille de 4 ans qui vont les sauver . Elle poursuit : " J’entends encore les pleurs de ma fille derrière cette porte! Mon déclic ? Ma petite fille m'a regardée et m'a demandé ce que nous faisions encore ici? Elle a rajouté que son papa n'était jamais à la maison et qu'il était méchant avec moi. Elle a alors suggéré que nous allions habiter chez mamie " .

"Je suis une maman parfaitement imparfaite, mais je suis fière de ce que j’ai fait pour mes filles et pour moi ! "
Angélique se souvient être restée sans voix face aux paroles tellement censées de cette petite fille qui souffrait elle aussi. A partir de ce moment, elle va entamer le processus de séparation, qui elle le confesse n'aura pas été simple. Elle tient à conclure : " J'ai réussi à m’en sortir, et surtout à nous sauver ! Je dis nous, car je me suis sauvée et ai sauvé mes filles car elles subissaient cette situation! Aujourd’hui je peux dire haut et fort que je suis heureuse, que mes filles sourient, que je vois du bonheur dans leurs yeux! Je suis une maman parfaitement imparfaite, mais je suis fière de ce que j’ai fait pour mes filles et pour moi ! "