7 Magazine Réunion, L’actualité people et lifestyle à l’île de la Réunion
Portraits Créoles

Amandine Piras Hoareau : une vie guidée par la musique


Passionnée de musique, celle qui a été médaille d'or du conservatoire en flûte traversière, mène sa vie au son des notes. Portrait d'une femme pleine de sagesse, d'une prof passionnée que l'on rêverait tous d'avoir ou d'avoir eue. Une femme également qui porte une blessure, un secret et qui a choisi d'en parler...


Par Chloé Grondin - Publié le Mercredi 16 Décembre 2020 à 11:04 | Lu 643 fois

Amandine se présente comme une fille du sud, avec du caractère comme il se doit lorsque l'on naît entre volcan et vacoas... 

Prof d'allemand au Chaudron
Cette zoréole, douée pour les langues a obtenu le précieux CAPES en Allemand en métropole et voulu regagner son île. Elle résume " En un rien de temps me suis retrouvée en Alsace pour enseigner « cette langue barbare » comme le pensent encore beaucoup d’entre nous. Après deux années j’ai souhaité revenir sur mon île natale et j’ai été mutée dans le quartier mythique du Chaudron. J’ai quitté le Chaudron des verts (ndlr : les amateurs de foot comprendront) pour le Chaudron quartier cowboy. J’adore mon métier et j’espère donner aux élèves envie de parler et de voyager ".

La musique...
Une autre musique que les langues trotte dans la tête d'Amandine... Une histoire d'amour aussi mêlée à sa passion. Elle raconte : " Ma passion est la musique. Je pratique depuis l’âge de 4 ans la flûte traversière. J’ai étudié en école de musique puis en conservatoire où j’ai terminé mon cursus en médaille d’or du conservatoire. 
J’ai dû mettre en pause la musique pour mes études et pour mon travail mais j’ai repris grâce à mon mari, qui est aussi un collègue de travail. En effet, il est le leader du groupe TIBWA. C’est un groupe de musique locale aux influences word métissées. J’ai ainsi participé à l’élaboration du deuxième album en 2015 et effectué des tournées entre 2015 et 2017. 
La musique fait partie de ma vie et de mon environnement tous les jours. Les instruments de musique sont en libre accès dans le salon, les enfants peuvent y jouer et en jouent assez régulièrement depuis deux ans maintenant. 
Mon fils de deux ans refuse que je mette autre chose à la radio que « chansons de papa ». Le reste « ça fait mal aux oreilles »
".

Son histoire d'amour elle l'évoque sans tabou, une rencontre, une évidence... " Lorsque j’ai rencontré mon mari, nous étions collègues et uniquement collègues de travail. Très vite la vie a fait que lui s’est séparé de sa femme et après moi de mon mari. Jamais, au grand jamais, nous ne pouvions penser que nous allions nous mettre ensemble. Nous nous sommes aidés l’un l’autre, nous avons voyagé ensemble, et nous avons découvert une passion commune : la musique. Nous partageons encore plus de choses que notre travail : la musique, la photo et avons créé une famille recomposée unie avec un petit ange qui est venu sceller notre union il y a 2 ans ".

Impossible d'arrêter Amandine... Elle se raconte et il parait qu'il ne fait pas bon contredire un scorpion : " La photo est aussi une passion que j’ai mise entre parenthèses suite à ma grossesse et à l’arrivée de mon fils. J’ai la chance d’avoir un mari multitâche : musicien (auteur, compositeur, interprète), photographe, passionné d’aéronautique et lorsqu’il a commencé à se former à la photographie, je me suis prise au jeu d’être la modèle. Le fait d’avoir un studio photo à la maison m’a permis de développer le côté arts visuels que je n’avais pas encore. J’aime étudier les projets photos, élaborer les assemblages de tenues, selon les éclairages, les flash, les fonds… 
La photo a été aussi une réelle thérapie (comme pour beaucoup de femmes) pour m’aider à prendre confiance en moi. J’ai été victime de violences conjugales par le passé et mon ex-mari prenait un malin plaisir à me rabaisser. Réaliser un shooting photo m’a permis de me sentir femme. Une femme avec ses fragilités, ses zones d’ombres mais une femme dont la douceur n’a d’égal que ses crises de nerfs. Je suis un scorpion, en apparence très gentille, mais je pique aussi très fort lorsque je m’énerve". 


Un lourd secret
Une femme bien dans sa peau, heureuse mais aujourd'hui seulement qui confesse : " Je suis dynamique et rigolote mais je cache au fond de moi un secret assez difficile à avouer : je souffre de troubles alimentaires (j’utilise le présent parce qu’on ne sort jamais vraiment de cet engrenage). J’ai souffert de violences physiques et psychologiques pendant presque 10 ans. Je n’ai jamais osé avouer à mes parents et à ma famille ce lourd fardeau que je traine. Mais aujourd’hui je suis maman et je suis de l’autre côté, le bon côté "...