7 Magazine Réunion, L’actualité people et lifestyle à l’île de la Réunion
Actualité

▶️ Un projet expérimental vers l'autonomie électrique à Mafate


L'électricité peu à peu arrive dans le cirque de Mafate. Le Sidélec. avance sur son projet expérimental... Un reportage au coeur du site.


Par Charline Bakowski - Publié le Mardi 22 Octobre 2019 à 11:01 | Lu 71 fois

"Les panneaux solaires captent l'énergie solaire et la transforment en intensité, en électrons et produisent de l'électricité qui part directement alimenter les appareils des familles. Et le surplus d'électricité produite est stocké dans des batteries pour être restitué la nuit ou les jours de mauvais temps", explique dans un premier temps Nicolas Verdier, chargé de mission au Sidélec. 


Ce genre de panneaux solaires a été déjà installé à titre individuel dans les endroits les plus isolés de Mafate, comme à Marla en 2018. Ici, l'installation d'un micro-réseau, qui permet d'alimenter plusieurs structures, a pu être réalisée. Ce projet expérimental permet donc d'alimenter trois maisons, dont un gîte. Il a coûté 120 000 euros. Au total c'est une enveloppe de 20 millions d'euros qui est consacrée pour le développement de l'électricité autonome pour les 316 Mafatais, "mais l'enjeu en vaut la chandelle", souligne Maurice Gironcel, Président du Sidélec. 

Robert Yoland fait partie de l'une des trois familles bénéficiaires de ce micro-réseau. Il confie : "ça change beaucoup pour nous, (...) avant on n'avait pas frigidaire, congélateur...". Il pense que c'est une bonne chose et que ça va pouvoir l'aider dans l'ouverture de son gîte d'ici quelques mois.

Ce micro-réseau dispose de 48 batteries, de 1300 ampères-heures chacune, ainsi que 7 kWc panneaux photovoltaïques, "ce qui permet une autonomie de 5 jours sans soleil", ajoute Nicolas Verdier. Mais en cas de black-out, ou en cas de gros travaux personnels, une prise a été mise en place, afin que les familles puissent utiliser leur groupe électrogène malgré tout. 

Ce projet a pour but de montrer l'intérêt de cette électricité solaire et d'inciter les citoyens à gérer eux-mêmes leur consommation. Il est encore en expérimentation, c'est donc le Sidélec qui gère encore l'exploitation. Mais comme tout réseau électrique de l'île, EDF reprendra l'exploitation d'ici 2 ou 3 ans et les Mafatais auront ainsi des factures d'électricité, comme les Réunionnais des bas. Le but, même si c'est un véritable challenge, est que les Mafatais aient accès au même service public que les autres citoyens. 

Ce projet a été réalisé en partenariat avec l'Université de La Réunion, le laboratoire piment. Une station météo a été installée, pour mesurer exactement l'ensoleillement, la pluie, le vent... "On a instrumenté les appareils électriques des familles pour pouvoir modéliser et bien observer comment fonctionne du rayon du soleil jusqu'aux appareils, comment se comporte l'énergie pour pouvoir bien confirmer le modèle avant de le déployer à large échelle dans le cirque de Mafate et plus tard sur l'ensemble du réseau réunionnais", explique Nicolas Verdier. 
 

Un second projet est en cours à La Nouvelle, mais où cette fois-ci le micro-réseau concerne notamment une école et des établissements de l'ONF. L'expérimentation n'est pas la même, "ici on va analyser, instrumenter, étudier le fonctionnement d'une chaîne de stockage d'hydrogène, (...) qui pourrait voir le jour à moyen - long terme à La Réunion pour permettre une réelle transition énergétique" , poursuit le chargé de mission au Sidélec. 

L'objectif est de passer dans un réelle phase opérationnelle, "2020 doit être une période charnière, où on va réellement passer à une autre dimension", déclare Nicolas Verdier. Des travaux sont en cours chez 15 familles et le Sidélec espère pouvoir apporter l'électricité d'ici Noël dans une majorité de ces familles. 

Au-delà de répondre à un besoin des habitants de Mafate, c'est également un combat pour la défense du climat. Développer l'énergie solaire est important aussi bien pour les Mafatais directement, que pour les randonneurs peï ou les touristes. "Faire en sorte que La Réunion en 2030 soit autonome en matière d'énergie électrique", confie Maurice Gironcel, qui espère que La Réunion devienne une île verte. 

À terme également, le Sidélec souhaiterait passer au lithium, une énergie certes plus coûteuse mais moins volumineuse. Un local d'une même superficie permettrait d'alimenter une dizaine de familles, où seulement trois familles sont alimentées avec des batteries en plomb acide. Ces dernières sont également plus difficiles à recycler. 

 

 

La famille de Robert Yoland
La famille de Robert Yoland