7 Magazine Réunion, L’actualité people et lifestyle à l’île de la Réunion
People

Paulet Payet

Le nouvel homme fort du Tampon


Il a succédé à Didier Robert à la tête de la commune qui l’a vu naître, il est aussi conseiller régional: la vie de Paulet Payet, ancien instituteur, a basculé le jour où Didier Robert lui a dit: «On a un coup à jouer»…


Par A P - Publié le Mercredi 26 Mai 2010 à 22:49

Paulet Payet
Paul Vergès, l’ex-président de Région, souriait ironiquement à l’évocation de son nom comme successeur potentiel de Didier Robert à la Mairie du Tampon si ce dernier était élu président de Région, feignant même ne pas le connaître: «C’est qui Paulet Payet?» demandait Paul Vergès, sûr de sa réélection… Et pourtant, Paulet Payet était déjà conseiller régional de l’opposition, et aujourd’hui il peut savourer sa revanche, Didier Robert est le nouveau président de Région, et lui est le nouveau maire du Tampon, et il a encore du chemin à faire...
Paulet Payet est issu du monde associatif: «J’ai créé l’Association des Jeunes du Petit Tampon quand j’avais 20 ans. Et j’ai continué pendant une trentaine d’années. Le summum pour moi, c’est quand j’ai pris la présidence de l’OMS (Office Municipal des Sports où je suis resté de 1992 à 1994, avec 6 000 sportifs à gérer. Jai beaucoup appris».

1er adjoint en 2008

Paulet Payet
Il reconnaît que l’associatif est «l’antichambre de la politique»? Et quand, en 1994, André Thien-Ah-Koon, l’ancien maire, lui propose de se lancer dans les municipales, il s’engage. Il sera adjoint délégué et assumera de multiples missions. En 2006, Didier Robert devient maire du Tampon, Paulet Payet l’épaule, et ses compétences lui valent d’être nommé 1er adjoint de Didier après les municipales de 2008. «En politique, on ne peut pas refuser ce qu’on vous propose si vous correspondez à un profil» dit-il.
Paulet Payet a su prendre des responsabilités dans différents secteurs de la commune: école, environnement, aménagement du territoire, … et, en tant que 1er adjoint, il n’a pas hésité à prendre des décisions seul quand le maire n’était pas présent. Et à chaque fois à bon escient. «Avec Didier, on ne se parle pas beaucoup, mais on se comprend, il y a une solide amitié entre nous, une estime réciproque».

Maire en 2010

Paulet Payet
C’est en 2007 que Didier Robert lui dit, en parlant des régionales de 2010: «On a un coup à jouer». Un coup qui s’est révélé gagnant! «Tout est parti du Tampon, le socle c’est Le Tampon. Nous avons tous les deux la même conception de la cité, avec l’épanouissement humain en ligne de mire, et maintenant que nous sommes à la Région, nous agirons de même».
Dans sa commune du Tampon, Paulet Payet entend exécuter le programme validé par la population: «Je suis aujourd’hui responsable de 74 000 personnes, c’est un sacré challenge, je veux le mener à bien, d’abord en respectant la population avec laquelle j’aurai des contacts permanents. Didier avait sa méthode, j’ai la mienne, mon équipe est responsabilisée, chaque adjoint a ses délégations, et on avance».
Depuis son élection, Paulet Payet a une nouvelle vie, forcément plus chargée. Marié, père de trois enfants déjà adultes (40, 37 et 36 ans), grand-père de 3 petites-filles, il reconnaît avoir moins de temps pour les siens: «C’est vrai, je travaille de 7h à 22h, quasiment tous les jours, c’est un choix, j’assume avec passion». Passionné d’histoire locale, Paulet Payet est intarissable sur le sujet… Et ne lui parlez surtout pas des prochaines municipales, il a une mission à réaliser, il s’y donne à fond.

Les priorités du maire

Paulet Payet
- L’école: «Il faut tout lettre en œuvre pour donner plus de moyens aux jeunes»
- Le chômage: «C’est un véritable défi, à nous de proposer une politique adéquate»
- L’urgence sociale: «Le fossé se creuse, il y a une bonne partie de la population en état de désespérance, il faut agir»
- Les aides: «Le centre communal d’action sociale jouera son rôle de soutien»
- Le partage du travail: «Nous allons présenter des projets»
«Nous avons la chance d’avoir un président de Région qui a la même vision des choses. La Région a des financements, les communes présenteront des projets, et ça ira vite. Par exemple, récemment, le Conseil Régional a voté un budget de 70 millions d’euros pour des investissements immédiats. Notre but est de perdre le moins de temps possible, la mandature ne durant que 4 ans».
Lors de la première assemblée du nouveau Conseil Régional, Paulet Payet s’est fait remarquer en disant que les élus de la majorité iront prendre un café la prochaine fois où Paul Vergès prendra la parole aussi longtemps: «Mr Vergès doit intégrer qu’il n’est plus président de Région, il ne peut pas monopoliser la parole. Il dit que j’ai manqué de respect envers lui? Et quand il traite Didier Robert d’irresponsable, ce n’est pas outrancier de sa part?»