7 Magazine Réunion, L’actualité people et lifestyle à l’île de la Réunion
People International

Le concierge raconte le braquage de Kim Kardashian


Deux semaines après le braquage dont a été victime Kim Kardashian, le concierge de l’Hô­tel de Pour­ta­lès a livré un témoignage à la presse anglaise. Cet employé "loyal et dévoué" , âgé de 39 ans a levé le voile sur d'énormes failles de sécurité de l'établissement. Et cela "dure depuis des années".


- Publié le Jeudi 20 Octobre 2016 à 05:19 | Lu 1279 fois

L'homme, d'origine algérienne, père d'un enfant est le concierge de ce discret palace, fonction qu'il exerce en marge d'un doctorat qu'il achève à la Sorbonne. Il était étonnamment seul sur place durant cette fameuse nuit du 2 au 3 octobre. Kim Kardhashian s'était fait déposséder ce soir là, sous ses yeux, de près de 10 millions d'euros de bijoux et objets de valeurs.

L'homme est décrit par ses collègues comme “quelqu'un de loyal et de dévoué, un travailleur et un employé extrêmement intel­li­gent". Il était encore sous le choc après ce qu'il a subi quand il s'est confié au Daily mail. Son témoignage anonyme accable l'établissement hôtelier qu'il décrit comme vulnérable à n'importe quelle intrusion extérieure.


 “J'étais à la récep­tion, ils m'ont fait signe depuis la porte vitrée. J'ai vu des uniformes de police donc j'ai ouvert et ils m'ont attrapé et menotté. Deux d'entre eux avaient des cagoules, le troi­sième un col roulé jusqu'aux yeux. D'abord j'ai cru que c'était la police qui inter­ve­nait puis, quand ils m'ont demandé où se trou­vait la caméra de sécu­rité, j'ai compris que c'était un cambrio­lage. J'ai regardé l'un d'eux et il s'est énervé, il m'a dit : 'Garde la tête bais­sée sinon je te tue' " raconte-il. 

Première victime de l'agression, il s'est dit excédé par les diffé­rentes failles de sécu­rité de l’éta­blis­se­ment pour VIP : "Ce n'est pas du tout sécu­risé. C'est un choix, l'hôtel n'en a rien faire. On les a préve­nus il y a des années, on leur a dit de mettre des camé­ras et un service de sécu­rité, faire quelque chose pour les clés parce que rien ne ferme. La porte était ouverte et ça fait des années que la caméra dans le hall ne fonc­tionne plus".

Il va plus loin en accu­sant les diri­geants de l’hô­tel d’être "les premiers respon­sables" de ce qui est arrivé. Le code pour accéder à l'établissement n'a pas changé depuis 5 ans.  Pire, les journalistes ont même pu vérifier qu'il n'a même pas changé depuis le braquage.