7 Magazine Réunion, L’actualité people et lifestyle à l’île de la Réunion
People International

David Hallyday: sa terrible confession


Hier soir, le fils de Johnny Hallyday s'est livré dans Sept à Huit dans le " Portrait de la semaine"... Il lui aurait été impossible d'approcher son père afin de lui dire adieu. Un témoignage poignant.


Par Chloé Grondin - Publié le Lundi 19 Novembre 2018 à 14:08 | Lu 803 fois

Photo : capture d'écran Sept à Huit
Photo : capture d'écran Sept à Huit
David Hallyday s'est livré sans filtre dans Sept à Huit, notamment sur les derniers jours de Johnny. Une confession qui risque de ne pas arranger ses relations avec sa belle-mère Laeticia.

Sur l'héritage, David Hallyday a déclaré:  «  Je demande simplement le droit moral de nous quatre, que ce soit partagé entre nous quatre, qu’on puisse avoir le droit de gérer son image, d’avoir en tout cas un droit de regard sur son image, et personnellement sur ce qui me liait avec lui c’est-à-dire la musique, ce qui concerne son patrimoine musical, et rien du reste  ».

Evoquant sa relation avec son père, David Hallyday a précisé :  «  Mais quand on se voyait, même s’il nous arrivait de ne pas nous voir pendant deux ou trois mois, voire plus quand j’étais plus jeune, c’était comme si on ne s’était jamais quitté. On parlait de tout, de musique surtout, c’était un lien qui était très fort entre nous, la musique.
C’était un très bon père, j’aurais aimé avoir plus de rapports avec lui  ».

Enfin David, indirectement pointe du doigt Laeticia: «  Lors de son hospitalisation à Los Angeles, lorsqu’il était dans le coma artificiel, par exemple. J’avais peur de le perdre. Il y avait beaucoup de monde autour de lui, je me disais que mon père m’appartenait quand même un petit peu. Ça m’a beaucoup gêné de voir autant de monde.
J’ai appris son dernier cancer au mois de novembre 2016, j’étais à Paris. On n’a pas parlé de sa maladie, ni de sa mort. On parlait de la vie.
J’étais tous les jours à l’hôpital. Jusqu’à ce qu’il rentre à Marne-la-Coquette… Ce qui était dur, c’est qu’il y avait quand même pas mal de gens qui étaient là. Moi, il fallait que je m’annonce pour venir voir mon père, c’était quand même bizarre…
».
David raconte enfin l'après-midi qui a précédé la mort de son père:  «  J’ai passé la journée pour pouvoir rentrer et je n’ai pas pu le faire.  Je lui ai laissé une lettre et je suis parti. Je n’ai pas pu lui remettre en main propre. C’est la seule chose de toute ma vie dont je n’arriverai pas à guérir ».